On arrive en fin de saison extérieur et le même problème revient chaque année : la pourriture grise ou Botrytis Cinerea.

 

La pourriture grise c’est quoi ?

 

La pourriture grise, « bud rot » ou « grey mold » en anglais, est une maladie cryptogamique provenant d’un champignon nommé Botrytis Cinerea. Il survit l’hiver sur de la matière organique morte et sporule dés que les conditions favorables sont réunies, à savoir une température entre 18°C et 25°C ainsi que des épisodes de fortes humidité ~80 %HR. C’est le champignon le plus problématique car il s’attaque à un éventail de plantes très large et à toutes les parties aériennes de la plante : tige, feuille, fleur et fruit. En extérieur, le Botrytis se développe en fin d’été lorsque les écarts de températures commencent à augmenter, ce qui provoque les rosées matinales et les brouillards, ou pendant les épisodes de fortes précipitations au printemps qui laissent sur la plante un film d’eau quasi-permanent. En intérieur et en serre, le Botrytis se développe lorsque le renouvellement d’air n’est pas suffisant, lorsque la plantation est trop dense (mauvais brassage de l’air) et que l’humidité est trop élevée, un excès de pulvérisation foliaire favorise également son apparition. Les parties aériennes du champignons que l’on voit à l’œil nu sont nommées conidiophores. C’est la partie du champignon qui libère les spores, en quelques sortes la « fleur » du Botrytis.

Botrytis

Conidiophores de Botrytis

 

Quelles sont les conséquences ?

 

Le Botrytis se fixe sur son hôte et commence à évoluer dés que les conditions deviennent favorables. Il détruit les cellules à l’aide d’enzymes et de certaines toxines. Il évolue très vite de par sa capacité à se nourrir aussi bien des cellules vivantes que des cellules mortes. Très vite le champignon sporule et se dissémine pour atteindre d’autres plantes. Sur des cultures denses, en intérieur comme en extérieur, l’évolution peut être fulgurante et on peut voir des surfaces considérables dévastées en 1 à 2 semaines si les conditions lui sont favorables.

 

Botrytis

Botrytis sur raisin

Botrytis

Botrytis sur feuilles de tomate

Botrytis

Botrytis sur fraise

 

 

Le botrytis et le vin

 

En viticulture il est autant un ennemi qu’un allié. Les viticulteurs empêchent son développement avec des traitements anti-fongiques et/ou des effeuillages. Passé le mois d’août ils le laissent se développer et si le climat est au rendez-vous durant les mois d’octobre et de novembre les grains de raisins sont bien colonisés. On l’appelle alors « pourriture noble ». Le Botrytis, en se développent sur le grain, va consommer l’eau qu’il contient et l’assécher ce qui aura pour effet de concentrer les sucres. Ce faisant il modifie également la structure des sucres et des arômes.   Il en résulte une transformation de la pulpe du raisin en une sorte de confiture très goûteuse. Après vinification le résultat est épatant et on le connait bien en Alsace sous l’appellation « Grain Noble ». Des vins très sucrés. J’adore ^^

 

La lutte contre le Botrytis Cinerea

 

Plusieurs moyens de lutte sont à la disposition du cultivateur qui privilégiera l’un ou l’autre selon la plante concernée et son itinéraire cultural.

La lutte chimique

Plusieurs produits chimiques pour particuliers sont disponibles sur le marché. Les molécules les plus courantes sont les suivantes :

  •  Fenhexamid
  •  Cyprodinyl
  •  Pyriméthanil

 

Tous trois sont cancérogènes et neurotoxiques… Le pyriméthanil est également reprotoxique… Nous ne proposons évidemment pas ces produits à la vente pour des raisons éthiques.

Dangereux pour l'environnement

Le Bacillus subtilis

Le bacillus subtilis est une bactérie. Sa version STR QST 713 (terme barbare désolé) donne de très bon résultat. C’est un bacille, une forme de bactérie, on l’applique sur la plante par pulvérisation foliaire. Il se développe ensuite sur la cuticule de la plante, sa peau en quelque sorte, et monopolise toute la surface. Il empêche ainsi la colonisation de l’espace par un pathogène tel que le Botrytis. Si le Botrytis est déjà présent au moment de l’application le bacille va sécréter des enzymes afin de le détruire. En outre, le bacillus subtilis à une fonction de stimulation des défenses naturelles de la plante qui la prépare à réagir à un éventuel agresseur.

C’est une solution très efficace, facile et accessible. Nous la conseillons régulièrement.

Botrytis

 

Le trichoderma

Champignon naturellement présent dans le sol le trichoderma sera utilisé principalement en prévention pour éviter l’installation du botrytis. nous conseillons pour cela la variété Trichoderma Harzanium avec laquelle nous avons pu observer de bons résultats. Astuce de la maison : ajoutez un peu de Carboload à la solution que vous pulvériserez. Carboload est un produit maison principalement à base de sucres.

Botrytis

Le bicarbonate de potassium

On peut appliquer du bicarbonate de potassium (pas de soude !) par pulvérisation foliaire. Dissolvez 10 grammes de bicarbonate de potassium dans 1 litre d’eau tiède et appliquez le par voie foliaire. Cette solution fonctionne par choc pH. Le traitement fait monter le pH sur la cuticule de la plante et indispose le Botrytis qui préfère des pH plus acides.

Attention toutefois, le traitement peut choquer certaines plantes un peu sensibles.

Le bicarbonate de potassium est disponible sur notre boutique en ligne ainsi qu’en magasin.

Le poudrage

On peut avoir recours au poudrage pour prévenir l’apparition du Botrytis. L’utilisation d’une poudreuse avec notre produit maison Volca-Mix à donné de bons résultats sur le Botrytis car le poudrage va l’assécher et la silice contenu dans Volca-mix va l’inhiber. À n’utiliser qu’en croissance ou en tout début de floraison/fructification sous peine de voir le dépôt ou d’avoir une récolte qui « croque » un peu sous la dent. Comptez 10 à 30 g/M² selon le stade de développement des plantes.

Botrytis

Poudreuse et Volca-mix sont disponibles sur notre boutique en ligne ainsi qu’en magasin.

Podrocal

Produit maison, Podrocal est composé d’une source complètement naturelle de calcium et se présente sous la forme d’une poudre très fine (de l’ordre de quelques microns). Comme le bicarbonate de potassium il va avoir une action sur le pH pour indisposer le Botrytis mais va également renforcer et épaissir la cuticule de la plante de façon à rendre plus difficile sa pénétration par le Botrytis.

L’utilisation de Podrocal est idéale en préventif. On a obtenu de très bons résultats sur tomate et fraise avec, en bonus, une action contre le cul noir et le « tip burn ». En curatif, le produit n’agira que sur une attaque modérée. Un inconvénient tout de même, la plante est « tachée » car on peut voir de petits dépôts de Prodrocal sur les feuilles, les fleurs et les fruits. On le conseille donc principalement en période végétative (croissance).

Comptez 3 g/L à dissoudre dans l’eau tiède puis à pulvériser.

Botrytis

Les extraits fermentés

Les plus « permas » d’entre vous préfèreront utiliser contre le Botrytis un mélange de purin de prêle et de purin d’ail en pulvérisation foliaire. La prêle contient de la silice sous forme d’acide silicique, un anti-fongique naturel, et l’ail contient beaucoup de soufre qui inhibe le développement des champignons. Comptez 100ml/L de purin de prêle et 30ml/L de purin d’ail. Préférez toutefois faire un essai sur vos cultures au préalable, certaines plantes n’apprécient pas trop l’ail. Évitez aussi de traiter trop proche de la récolte car l’ail laisse parfois un goût pas toujours très subtil..

L’inconvénient de cette solution est qu’il est nécessaire de répéter le traitement chaque semaine.

Les extraits fermentés (purins) sont disponibles sur notre boutique en ligne ainsi qu’en magasin.

La prophylaxie (lutte préventive)

 

Afin d’éviter l’apparition de botrytis sur vos cultures il est essentiel de maîtriser certains points lors de l’installation et du déroulement de votre culture :

  • Choisissez un emplacement orienté au Sud-Est, de cette façon les premiers rayons de soleil du matin sècheront la rosée.
  • Espacez vos plantes, des plantes trop proches ne permettent pas un bon brassage de l’air.
  • Choisissez un emplacement dégagé pour permettre à l’air de circuler.
  • Effeuillez et taillez votre plante pour que l’air y circule mieux.
  • Désherbez ou fauchez autour de vos cultures pour un séchage plus rapide.
  • En intérieur, l’hygiène est primordiale (comme toujours) nettoyez fréquemment et ne laissez pas de déchets verts au sol.
  • Choisissez des variétés naturellement résistantes et adaptées à votre climat.
  • Apportez du calcium et de la silice par voie foliaire et racinaire afin d’épaissir la cuticule de la plante. De nombreux engrais foliaires existent à cet effet, passez nous voir en magasin.
  • Détruisez les cultures touchées.
  • Ne cultivez pas 2 fois la même plante au même endroit (rotation des cultures).
  • Les blessures et les piqures d’insectes constituent des points d’entrée idéaux pour le Botrytis. Évitez-les au maximum.
  • Limitez les apports en azote. Une plante gorgée d’azote est très hospitalière pour le Botrytis.

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Christian